AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ISABELLA - It's time to cheer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Âge : 34
Date d'arrivée : 29/01/2018
Mots débités : 158

Popularité : 222
Où te trouves-tu : Who knows ?
Emploi/étude : Propriétaire et Gérant de "Tortuga" / Pompier volontaire
Humeur : It's not a bad life, just a bad day.

MessageSujet: ISABELLA - It's time to cheer   Mar 30 Jan - 13:47


   Isabella & Logan

   It's time to cheer

   

   La pointe de son stylo caressait le papier, dessinant la dernière petite volute de sa signature soignée. C’était signé. Après quelques mois de transactions incessantes, de rendez-vous, de demande de sponsor, de discussions… C’en était fait. Il était désormais l’heureux nouveau propriétaire d’un commerce. Et, d’après lui, pas n’importe lequel puisque cette vieille bâtisse possédait un potentiel exceptionnel. Sur deux étages, dans un quartier prisé, bien isolé… Il savait exactement où il poserait quoi et comment il agencerait les choses. La date d’ouverture, il l’avait déjà fixée… Et il avait désormais 1 mois, jour pour jour, pour organiser tous les travaux nécessaires. Cette nouvelle aventure lui mettait du baume au cœur, lui qui avait une vie privée désastreuse depuis plusieurs mois. Son travail, ses affaires, le forçaient malgré lui à tenir debout et à ne pas courber l’échine. Et c’était ce qu’il voulait, dans le fond… Se noyer littéralement dans son travail. Boire la tasse des affaires. Saturer des transactions. Saturer du stress. Pour ne plus avoir à penser à sa femme. À son fils qu’il n’avait plus vu depuis si longtemps. Et à tout le reste.

Dans cette ville, il avait trouvé fort heureusement d’autres activités qui l’aidaient à se vider de ce trop plein de rancune. Le sport, bien évidemment, mais aussi son enjouement nouveau pour une nouvelle discipline : être pompier volontaire. Il ne se connaissait pas ce goût de l’altruisme et cette pulsion qui lui était venue, le jour où il avait vu une affiche qui encourageait à s’engager. Son goût du risque, sa tentation pour l’autodestruction et son envie de changer d’air l’avait motivé. Et il avait sans doute eu raison de suivre cette impulsion puisqu’il s’était alors construit un réseau plutôt agréable. Des nouvelles têtes. De nouveaux espoirs.

C’est cette pensée de la caserne et de ses « collègues » qui l’amenèrent, après la signature du contrat d’achat, à aller chercher un pack de bières à l’épicerie du coin de la rue, avant de conduire jusqu’à la grande bâtisse. Lorsqu’il arriva sur place, son regard clair parcourut les alentours. Pas grand monde, en cette fin de journée. Ce qui était plutôt normal puisqu’aucune alerte n’avait été donnée… Il savait cependant que, souvent, certains collègues se rejoignaient là en fin d’après-midi. Il verrait bien.

Lorsqu’il pénétra dans la grande halle où étaient stationnés les grands camions rouges, il aperçu, au fond, la silhouette familière d’une amie. Un sourire se dessina sur son visage alors qu’il avançait vers elle, ses pas résonnant dans tout le hangar. « Je savais qu’il y aurait au moins une personne connue, par ici. » dit-il en s’approchant alors qu’il se glissait à côté d’elle sur le banc. « Comment va la plus jolie pompière de toute la ville ? » Il posa le pack de bière au sol dans un bruit sourd de verre tapé avant de reporter son intention sur la brune assise à ses côtés.
AVENGEDINCHAINS
   

_________________
And I'll find
COMFORT IN MY PAIN
I beg you, don't be disappointed with the man I've become

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 33
Date d'arrivée : 26/01/2018
Mots débités : 411

Popularité : 567
Où te trouves-tu : Chez moi ou à la caserne
Emploi/étude : Styliste et pompier volontaire
Humeur : Égal à moi même

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Mar 30 Jan - 17:11

« La meilleure des tentations. »

Ma journée s'était passé relativement bien et même un peu trop calme. J'avais passé l'après-midi chez moi à dessiner. J'étais assez fière de moi et j'avais hâte de passer à ma partie favorite de mon métier, crée. Mais la maison était beaucoup trop calme, ma fille passait l'après-midi avec ses copines et mon fils le casque aux oreilles joué à ses jeux vidéo. Pendant ce temps mon mari était je ne sais ou avec je ne sais qui. Je terminais ma énième tasse de café quand je pris la décision d'aller à la caserne. J'espérais du fond du coeur de tomber sur une personne connue et plus particulièrement sur Logan.Je troca donc mes talons pour une paire de basket est pris le chemin de ma seconde maison.

En voiture, il ne faut que quelques minutes pour arriver à destination. La caserne est quasi déserte et aucune alerte n'est en cours. Je me dirige vers mon casier dans mon petit cagibi attitré, il n'y a pas beaucoup de femmes pompières dans les environs. Je profite de calme et de l'absence de testostérone pour passer un petit coup de ménage à la caserne. La nuit allait bientôt tomber quand soudain je reçus un message, l'expéditeur mon mari. Il me prévient de ne pas l'attendre, qu'il rentrera tard. Je suis certaines qu'il me cache quelques choses, mais puisque nous sommes deux dans ce cas-là, je lui réponds simplement que je commanderais certainement à manger et qu'il soit prudent sur la route. Notre histoire est assez compliqué même-si nous nous aimons plus, je ne lui souhaite pas du mal. Au contraire, je ne lui souhaite que du bon.

Je m'assieds sur le banc, je m'étire et fait craquer mon dos. Je repose mon téléphone à côté de moi, je regarde l'heure. Il serait peut-être sage de rentrer chez moi. Mais d'un autre côté, je n'en ai pas envie, personne ne m'attend. Mes enfants dorment chez des amis, j'allais certainement finir ma soirée avec un petit fast food et netflix. Mais ma fin de soirée fut sauvé quand soudain au loin la silhouette de Logan vint à moi. Un pack de bière à la main, il semblait satisfait, on ne le voie pas tous les jours ainsi. "Qu'est-ce qu'on fête ?" J'attrape une bière et bois une gorgée.

code by ORICYA.


_________________
maître de mon destin capitaine de mon âme.
La solitude est un sentiment partagé par tellement de gens que ce serait extrêmement égoïste d'éprouver sa solitude tout seul. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 34
Date d'arrivée : 29/01/2018
Mots débités : 158

Popularité : 222
Où te trouves-tu : Who knows ?
Emploi/étude : Propriétaire et Gérant de "Tortuga" / Pompier volontaire
Humeur : It's not a bad life, just a bad day.

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Mer 31 Jan - 12:13


  Isabella & Logan

  It's time to cheer

 

  Alors qu’elle attrapait une bouteille de bière fraiche, la décapsulait et prenait une première lapée du liquide ambré, Logan l’observait. Ses traits, parfaitement définis, semblaient tirés. Ses yeux ambrés, aux reflets envoûtants, semblaient plus ternes qu’à l’ordinaire et les petites cernes qui les soulignaient, ce soir-là, démontraient une grande lassitude. Il s’interrogeait souvent, plus que de raison d’ailleurs, au sujet de la jeune femme. Son sourire étincelant, son rire cristallin, la fossette qui creusait sa joue lorsqu’elle souriait d’un air taquin. Était-elle réellement heureuse ? Ou tentait-elle de sauver les apparences ? Tout son être l’intriguait. Mais il y a des questions qu’il ne vaut mieux jamais poser.

Il poussa un petit soupire de soulagement en s’installant à ses côtés, avant de prendre une bière à son tour. Il tendit sa bouteille en direction de celle de la jeune femme. « Cheers ». Un sourire se dessina sur le visage de Logan, habituellement si fermé, alors qu’Isabella lui demandait ce qu’ils fêtaient exactement. Il fit mine de réfléchir quelques instants. Il cherchait les bons mots. Ceux qui mettent du baume au cœur sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi. Ceux qui nous portent, qui nous transportent et qui nous donnent de l’espoir. La vérité, c’est qu’il n’en avait aucun, de ces beaux speechs pré-faits. Après quelques secondes, il haussa les épaules, un nouveau sourire sur son visage : « On fête la réussite, ma chère. Le succès. On fête ce pourquoi on a envie de se battre ! » Il porta le goulot de la bouteille à ses lèvres. Le liquide amer lui prodigua une sensation de réconfort, de bien-être, sans qu’il ne comprenne vraiment pourquoi.

Sa dernière phrase, c’est pour son fils qu’il l’avait inconsciemment prononcé. La raison pour laquelle il voulait se battre jusqu’à son dernier souffle. Une gorgée, puis une autre. Ses réflexions le portaient sans qu’il ne puisse réellement le contrôler. Sautant du coq à l’âne. Sans queue ni tête. La présence d’Isabella l’apaisait. La signature de ce nouveau contrat donnait un nouveau sens à sa présence dans cette ville. Cette soirée serait une bonne soirée. Il en avait désormais la conviction. Ce serait la première bonne soirée qu’il aurait depuis bien longtemps, d’ailleurs.

Il reporta son attention sur la jolie brune, assise à côté de lui. Son regard océan parcourait son visage, et plus il la regardait, plus il le sentait : cette femme allait avoir une importance capitale dans sa vie. Dans sa survie, même. Il sourit à nouveau. « Et toi, comment tu vas ? Il est bien tard pour trainer ici, non ? »
AVENGEDINCHAINS
 

_________________
And I'll find
COMFORT IN MY PAIN
I beg you, don't be disappointed with the man I've become

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 33
Date d'arrivée : 26/01/2018
Mots débités : 411

Popularité : 567
Où te trouves-tu : Chez moi ou à la caserne
Emploi/étude : Styliste et pompier volontaire
Humeur : Égal à moi même

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Mer 31 Jan - 19:39

« La meilleure des tentations. »

Logan venait juste de s'installer à côté de moi et, pourtant, je me sentais déjà beaucoup mieux. Quand il se trouve dans la même pièce que la mienne, je sens une chaleur m'enveloppé et j'oublie tout. Je me sens en sécurité près de lui ce que je malheureusement je ne retrouve plus avec mon mari. On trinque avec nos bières et je souris. Tout naturellement, rien n'est faux, je me sens juste bien et c'est vraiment agréable. Je n'aurai jamais pu prétendre ressentir cela un jour. " Bien dit" . Je n'avais rien à ajouter en plus d'être un bel homme, il s'exprime tellement bien.

On est proche, mais nous avons encore quelques secrets l'un pour l'autre alors quand il me demanda ce que je faisais ici à une heure si tardive, je lève les épaules et me pinça les lèvres. "Je te cherchais", disais-je en plaisantant. Peut-être qu'en réalité ce n'était pas une plaisanterie, mais je préférais nier cette possibilité. Ce n'était peut-être pas qu'une plaisanterie, peut-être que j'étais réellement venu à la caserne pour le voir, je suis perdu. "Ce soir la maison est vide, Nate bosse, les enfants sont chez des amis. Je ne voulais pas rester seul chez moi. Et toi ? Que fais-tu là ?"La maison familiale est grande, alors quand elle est déserte, elle est beaucoup trop silencieuse et limite effrayante. Mais n'ayant pas croisé grand monde à la caserne, ce n'était guerre mieux.

Je continuais à boire cette bière ce n'étais pas dans mon habitude, je suis plus habitué au petit cocktail, mais une bière de temps en temps ne fait pas de mal. Je souris et je plonge mon regard dans celui de Logan. "Tu me caches quelque chose, tu n'es pas comme d'habitude." D'un naturel ont vite cerné les gens, je sentais dans la posture, dans sa façon de parler qu'il me cache quelque chose dont il avait envie de me parler.

code by ORICYA.


_________________
maître de mon destin capitaine de mon âme.
La solitude est un sentiment partagé par tellement de gens que ce serait extrêmement égoïste d'éprouver sa solitude tout seul. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 34
Date d'arrivée : 29/01/2018
Mots débités : 158

Popularité : 222
Où te trouves-tu : Who knows ?
Emploi/étude : Propriétaire et Gérant de "Tortuga" / Pompier volontaire
Humeur : It's not a bad life, just a bad day.

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Jeu 1 Fév - 9:30


 Isabella & Logan

 It's time to cheer

 

 Ses yeux ambrés - mélange de verts, de jaunes et de bruns. – toujours teintés par une étincelle d’espièglerie enfantin, lui donnaient un charme irrésistible. Elle le taquinait, une fois de plus. Et pourtant… cette phrase semblait contenir un semblant de vérité. Il aurait aimé, finalement, qu’elle ne plaisante pas. Il aurait aimé qu’elle le cherche réellement. Il aurait aimé que, simplement, quelqu’un l’attende quelque part. Mais ce n’était sans doute pas le cas. Il fallait qu’il se rende à l’évidence, enfin. Il était particulièrement seul. Et pourtant, la présence d’Isabella. La chaleur de son corps près du sien. Son rire, ses sourires, son enthousiasme… Tout ça le rassurait. Le réconfortait continuellement. Depuis quelques temps, il n’avait qu’à penser à elle pour réussir à oublier tout le reste. Il n’avait qu’à visualiser ses yeux. Sa bouche. Sa nuque. Pour que tous ses soucis s’envolent. « J’aime cet endroit. Sa grandeur. Son calme. J’ai conclu une grosse affaire aujourd’hui. J’avais besoin de venir dans un endroit que j’apprécie pour délecter ma victoire. » Il marqua une petite pause et rajouta plus doucement, un sourire aux lèvres. « Et, je ne te cache pas que je l’aime davantage si tu y es. »

Depuis quelques semaines, ils s’étaient suffisamment rapprochés pour que chacun confie des pans de sa vie à l’autre. Ainsi, il savait qu’elle était mariée, mère de deux ados, styliste et volontaire. Il savait aussi que, malgré ses apparences de femme heureuse et épanouie, il manquait une lueur de satisfaction dans son regard si pur. Il doutait qu’elle soit pleinement satisfaite dans sa vie. Mais il se résonnait : ça ne le regardait aucunement. Elle s’était livrée à lui avec simplicité et complicité dès le début. Lui était resté sur la réserve. Il n’avait encore jamais évoqué ni sa femme, ni son fils, à la jolie brune. Pas parce qu’il ne lui faisait pas confiance. Ou parce qu’il s’en fichait, non. Parce que… d’en parler… cela rendrait sa situation si réelle qu’il avait peur que la douleur qu’il contenait n’explose. Qu’il s’effondre comme un gros bêta. Alors il avait tu cette partie, ô combien importante, de sa vie. Il avait caché les véritables raisons qui l’avaient poussé à quitter Sydney pour venir s’installer ici. Et il l’appréciait aussi parce que, malgré l’évidence qu’il ne disait pas grand-chose, elle le respectait. Elle n’insistait jamais. Ne lui forçait jamais la main.

Mais elle le connaissait suffisamment, visiblement, pour percer à jour son attitude. Un petit sourire mélancolique lui fendit le visage alors qu’il relevait ses yeux clairs pour les poser sur le visage fin de la belle. « On ne peut rien te cacher, pas vrai ? » Petit rictus qui, visiblement, ne convaincu pas la jeune femme. Elle arqua son sourcil finement dessiné, le toisant. « Je… Ne me regarde pas comme ça. J’ai l’impression d’être un enfant qui se fait sermonner. » Le visage de la jeune femme se détendit un peu. Il cru même l’avoir fait rire un peu. « Plus sérieusement… La fatigue y est sans doute pour beaucoup dans mon attitude. Ne t’inquiète pas trop. » Il vida sa première bière et posa la bouteille en verre sur le sol en béton dans un petit tintement. Il en attrapa directement une deuxième qu’il décapsula dans un petit bruit sourd. « Alors, dis-moi… Qu’est ce que Madame Wilson a prévu de faire de sa liberté, ce soir ? »

AVENGEDINCHAINS
 

_________________
And I'll find
COMFORT IN MY PAIN
I beg you, don't be disappointed with the man I've become

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 33
Date d'arrivée : 26/01/2018
Mots débités : 411

Popularité : 567
Où te trouves-tu : Chez moi ou à la caserne
Emploi/étude : Styliste et pompier volontaire
Humeur : Égal à moi même

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Mar 6 Fév - 10:36

« La meilleure des tentations. »

La vie de couple n'est pas toujours facile, lutté contre une routine est le plus difficile. Nate et moi avions pris l'habitude de vivre une relation longue distance. Il était souvent en entraînement ou dans un autre pays pour le confronter. Cette situation nous plaisait, je pense qu'en réalité nous nous cachions la vérité. Notre couple n'a jamais était très stable. Évidemment entre lui et moi, il eut de l'amour un jour, mais est ce que cet amour avait grandi avec nous, ou était-il simplement restait au stade de l'adolescence. Chaque matin, je me retourne comme à mon habitude vers soit un homme qui dort à trente centimètres de moi ou vers un lit vide. Le pire dans cette histoire, c'est que je ne m'inquiète pas, il y a toujours un petit mot pour me dire ou il est. Il a certainement une double vie, mais peu importe, cela ne me fait même pas un pincement au cœur. Alors que je me retrouve à côté de Logan, je me sens étrangement bien. Je sens mon cœur battre de plus en plus vite, je sens mes pupilles se dilater et j'empêche mon visage d'exprimer beaucoup de bonheur. Je l'écoute, il est si calme, si posé, si viril, il sait exactement ce dont j'ai besoin, il sait employer les mots qu'il faut. "C'est un peu comme une église. Quand on met les pieds à la caserne, on sait qu'on ne ressortira pas comme on est arrivé." Être devenue pompier est peut-être une de mes meilleures choses de ma vie. Il a certainement une double vie, mais peu importe, cela ne me fait même pas un pincement au cœur. Mais avant je me cherchais, je ne savais pas qui j'étais et surtout pourquoi j'étais sur cette terre et depuis tout a un sens. "Tu as signais les papiers pour la "tortuga" ? Evidemment, je ne compte pas mes enfants. J'aurais pu sauter de joie, je savais que s'étais dans ses projets, il est tellement ambitieux. "Il faut fêter ça comme il se doit ! Félicitation, je suis sincèrement heureuse pour toi." S'il y a bien quelqu'un qui mérite qui lui arrive de bonne chose, c'est certainement lui. Je ne connais pas bien son histoire et j'essaie d'en apprendre tous les jours. Mais les traits de son visage, sa posture ne mentent jamais. Quand je pose mes yeux dans les siens, je ressens toujours un profond mal-ètre. Je sais aussi qu'il est plus facile pour une femme de se confier. Un homme n'a pas le droit de se montrer vulnérable, un homme ça doit être fort et froid comme un mur. Alors je reste là à attendre qu'un jour un bon de sa carapace tombe pour pouvoir l'aider. Je serais toujours là en cas de souci, il le sait que trop bien. Je regarde l'heure de mon téléphone en espérant y trouver un message, mais rien, aucune réponse. Nate devait être trop occupé. Je lève les yeux aux ciels, je continue à faire bonne figure. Je prends une bonne bouffé d'air "On es tellement bien chez soit." Quand Logan m'avoua qu'il était content de me voir, je détournai le regard, ne voulant pas qu'il remarque l'afflux de sang sur mes jours. "Je suis contente de passe du temps avec toi." Dis-je en reprenant mes esprits. J'essayai en vain de faire décrocher quelques souvenirs, quelques mots à Logan sans grand succès. Il n'avait pas envie ou simplement peut-être qu'il n'était pas prêt à mettre son cœur à nu. Loin de moi l'envie de lui brusquer et encore moins de le perdre. "C'est le prix à payer quand tu as deux adolescents à la maison." Je joue avec mes sourcils pour détendre l'atmosphère. "Les bonnes vieilles habitudes .. Je vais essayer de me contrôler." Il détourna la conversation, il me raconta qu'il était simplement fatigué et comme la bonne amie que j'essaie d'être, je feinte de le croire. "Fais-moi plaisir et va dormir un peu, tu as une salle tête." Dis-je en souriant. Il n'avait pas envie ou simplement peut-être qu'il n'était pas prêt à mettre son cœur à nu. Je n'avais rien de prévu, rien de bien enrichissant. "Tristement rien, rien dont j'ai envie de me vanter et Monsieur Wolfskin?"

code by ORICYA.


_________________
maître de mon destin capitaine de mon âme.
La solitude est un sentiment partagé par tellement de gens que ce serait extrêmement égoïste d'éprouver sa solitude tout seul. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 34
Date d'arrivée : 29/01/2018
Mots débités : 158

Popularité : 222
Où te trouves-tu : Who knows ?
Emploi/étude : Propriétaire et Gérant de "Tortuga" / Pompier volontaire
Humeur : It's not a bad life, just a bad day.

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Mer 7 Fév - 9:48


Isabella & Logan

It's time to cheer


Elle compara la caserne à une église et cela le fit sourire. Lui qui n’était pas croyant le moins du monde, bien que de confession protestante à la base, il ne pouvait s’empêcher de trouver ses propos plutôt justes. S’il avait été pieux, il aurait même complètement compris l’idée. Mais ses croyances spirituelles n’étaient pas très développées. Il ne croyait ni en Dieu, ni à une quelconque forme de vie après la mort. Les croyances qui lui plaisaient le plus étaient l’idée de karma, venue tout droit de chez les bouddhistes, et quelques croyances celtiques intéressantes qui se focalisaient plus sur l’environnement de l’homme. Chez les celtes – et autres cultures plus païennes du cœur de l’Europe – ce n’était pas un UN seul dieu qui contrôlait tout, mais un dieu pour chaque élément. Le dieu de la chasse. Le dieu de l’eau. Le dieu de la pluie. Le dieu du soleil. Et si vraiment il devait choisir, il trouvait les cultures dites païennes et polythéistes plus intéressantes et enrichissantes que le monothéisme, quelque soit son origine. Elle énonça Tortuga et il hocha la tête. Il savait qu’il lui en avait parlé, plus d’une fois même, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle se réjouisse autant pour lui. Son sourire s’élargit d’avantage alors qu’il tournait son visage vers le sien. Elle semblait tellement enjouée pour lui. « Tu as vu juste. C’est enfin signé. Et si c’est une bonne nouvelle, cela annonce certainement ma dernière soirée de libre avant le mois à venir.  » Son sourire était toujours aussi large. Cela ne le gênait pas le moins du monde que de se plonger corps et âme dans son projet. Il était dans une phase ou il n’avait que ça qui l’épanouissait. Ça, sa petite sœur et ce lien si particulier qui s’établissait entre lui et la jolie brune qui lui faisait face. « Je pense donc que tu as raison ! Il faut fêter ça. Et quoi de mieux que de le fêter avec toi ?  » Ses yeux océans étaient plongés dans le regard vert de la demoiselle. Intense échange silencieux. « Si tu l’accepte, bien sûr !  »

Elle énonça ses enfants, sa maison, sa vie de famille. Et son subconscient à lui fut rappeler à l’ordre très vite. Il déchanta. C’est vrai. Elle était mariée. Elle était mère. Et bien qu’il voyait que quelque chose clochait, elle s’efforçait de sembler continuellement heureuse de sa situation. Il n’avait pas le droit d’imaginer quoi que ce soit. Il n’avait pas le droit de ressentir une quelconque attirance pour elle. Et pourtant, c’était plus fort que lui. Son visage, son regard, son sourire, ses cheveux châtains qui voletaient autour de son visage et caressaient sa nuque… Tout en elle l’envoutait complètement et il devait tant se faire violence pour ne pas le faire paraitre. Même pas un peu. Il baissa les yeux et porta sa énième bouteille de bière à ses lèvres. Le liquide ambré et amer le sortit de ses songes. Et en provoqua bientôt des nouveaux. Mais la voix d’Isabella le sortit rapidement de sa mélancolie. Il sentait qu’elle espérait qu’un jour, il finisse par se confier. Il savait qu’elle sentait bien qu’il ne lui disait pas tout. Et c’était bien normal d’ailleurs. Ce n’est pas qu’il ne voulait pas lui parler, à elle, qui l’apaisait de sa simple présence, non. C’était juste que… Évoquer sa vie. Son passé. Sa femme et son fils… Mettre des mots sur cette situation qui le détruisait à petit feu, c’était la rendre bien réelle. Et il ne voulait pas s’y résoudre pour l’instant. Il savait aussi que le jour où il voudrait enfin parler viendrait. Peut-être même plus tôt que prévu. Et qu’à ce moment-là, c’est vers elle qui se tournerait en premier.

« Fais-moi plaisir et va dormir un peu, tu as une salle tête. » Il releva la tête vers elle, un peu surpris, avant d’éclater de rire. « Merci ! ça fait toujours plaisir à entendre. » Il lui fit un petit clin d’œil et la poussa un peu du coude avec un sourire, avant de reporter toute son attention sur elle. « Promis. Je ferai des efforts à ce niveau-là lorsque Tortuga aura ouvert.  » Petit sourire. Elle lui demanda à nouveau ses plans pour la soirée et il haussa les épaules. « Je n’avais rien de prévu jusqu’à ce que je te retrouve ici.  » En prononçant ces mots, il se rendit compte du sous-entendu et un petit sourire taquin s’afficha sur son visage. Tant qu’à faire, autant y aller, hein ? « Puisque tu es libre, ce soir. Et que j’ai quelque chose d’important à fêter… Et ce que tu serais d’accord de m’accompagner dans ma débauche ? » Le regard d’Isabella le scrutait et l’envoutait sans qu’il ne comprenne vraiment pourquoi. Elle avait ce je-ne-sais-quoi de magnétique. « Je te propose la chose suivante : On va finir ce pack de bière médiocre. Ensuite, on partira. Je t’invite à dîner. Un endroit classe, ça détonnera bien avec notre début d’ébriété.  » Il sourit. Rien que l’idée le charmait déjà. « Et ensuite… On ira où bon te semble. On flânera près des docks. Ou on ira au parc. Ou dans un bar, si tu préfères ?  » Nouveau sourire alors que ses yeux ne quittaient pas ceux de la jeune femme. « Et ensuite…  » soupira-t-il. Il aimerait prononcer tellement d’autres propositions. Plus taquines. Plus explicites. Plus directes. Tellement plus. « Ensuite, je te raccompagnerai jusqu’à ta porte, comme le vrai gentleman que je suis.  » Elle le rendait nerveux, comme un ado qui adresse enfin la parole à la plus jolie fille du lycée. Il abaissa à nouveau son regard clair vers sa bouteille de bière, qu’il passait d’une main à l’autre.  

AVENGEDINCHAINS

_________________
And I'll find
COMFORT IN MY PAIN
I beg you, don't be disappointed with the man I've become

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 33
Date d'arrivée : 26/01/2018
Mots débités : 411

Popularité : 567
Où te trouves-tu : Chez moi ou à la caserne
Emploi/étude : Styliste et pompier volontaire
Humeur : Égal à moi même

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Jeu 15 Fév - 11:12

« La meilleure des tentations. »

Je n'arriverais jamais à comprendre comment deux personnes peuvent être aussi proches sans être physiquement très proche. Comment deux êtres complètement différents peuvent se comprendre en un seul regard. Pourtant, c'est bien ce que j'ai la chance de vivre en compagnies de Logan. J'avais certainement dû ressentir envers Nate un jour, mais je n'en ai pas le souvenir. Je me souviens qu'avec lui s'était très intense. Comme toute bonnes adolescente qui se respecte, j'étais réellement et affreusement amoureuse de lui. Mais malheureusement ça s'était avant, avant qu'on grandisse avant que la routine brise notre couple, avant que tout s'écroule entre nous. Quand Logan me répondit que j'avais juste que son prêt fut accepté et qu'il allait ouvrir un bar en ville. Quand Logan me répondit que j'avais juste que son prêt fut accepté et qu'il allait ouvrir un bar en ville. "Mais vu que c'est pour la bonne cause, je te laisse le droit de m'abandonner à ton tours." C'est qu'après l'avoir prononcé que je réalisais que le terme "abandonner" sonné un peu fort. Le mal était fait, je venais de le dire et je ne pouvais pas le retirer. Il était donc content de passer du temps en ma compagnie. Il n'y a rien d'étrange à cela puisque nous sommes amis. Pour ne pas montrer à quel point cette phrase me fit de l'effet, je pris ça avec un grand sens de l'humour. "Évidemment que j'accepte. Tu auras l'immense privilège de me payer un truc à manger, mais comme je suis généreuse et géniale, je te laisse choisir."

Pendant un cours, instant Logan fut silencieux et mélancolique. Il devait certainement être perdu dans ses pensées comme ça pouvait souvent lui arriver. La première fois cela m'avait surprise et aujourd'hui, je sais que c'est dans sa nature. Je ressens un profond mal-être en lui et un passé compliqué. Alors j'imagine que pendant ce cours, il y repense, il replonge dans ses secrets. Qui j'espère un jour, n'en seront plus. Je ne sais pas combien de temps, ni même si un jour, il le ferra, mais si un jour, il a besoin d'une oreille attentive, il sait que je suis là. Et puis il faut avouer que ça m'arrive souvent d'être mélancolique de la vie que j'avais il y a quelques années. J'ai souvent des petits coups de vieux quand je pense aux premiers mots de mes enfants, leurs premières œuvres d'art, la première fois qu'on les a posais contre moi ... Le bon vieux temps. Je pense que si on s'attarde tellement sur le passé, c'est parce qu'on ne peu pas le changer.

Logan avait sérieusement besoin de dormir et ce n'est pas avec l'ouverture du bar qu'il allait réussir à trouver le sommeil. Il le savait très bien et il me fit sourire et rire. C'est ce que j'aime le plus quand je suis avec lui, je peu être moi-même sans me poser la moindre question. "Tu me prends pour une quiche ? Tu essaieras de dormir la journée, tu vas vivre comme un vampire." Puis Logan me proposait de passer la soirée avec lui pour fêter l'heureux événement. Même-si Nate aurait était à la maison, je lui aurais dit oui. J'aime chaque moment passé à sa compagnie. "Quel beau programme. Mais je te préviens, j'ai une faim de loup." Il est vrai que j'ai un sacré appétit surtout quand je n'ai pas pris le temps de manger le midi. Ses yeux dans les miens, il continua le programme de la soirée en étant un poil plus taquin. Les sous-entendus, me faisaient déjà espérer des choses, mais s'étaient mal. "Évidemment, je suis une femme mariée." Dis-je en montrant ma bague. Elle était de plus en plus lourde à porter, l'avoir autour du doigt me donnait l'impression d'avoir un boulet au pied.

code by ORICYA.



HS:
 

_________________
maître de mon destin capitaine de mon âme.
La solitude est un sentiment partagé par tellement de gens que ce serait extrêmement égoïste d'éprouver sa solitude tout seul. by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Âge : 34
Date d'arrivée : 29/01/2018
Mots débités : 158

Popularité : 222
Où te trouves-tu : Who knows ?
Emploi/étude : Propriétaire et Gérant de "Tortuga" / Pompier volontaire
Humeur : It's not a bad life, just a bad day.

MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   Hier à 13:41


Isabella & Logan

It's time to cheer


Logan avait beau savoir qu’elle était mariée, qu’elle avait deux adorables enfants et que jamais, au grand jamais, il ne se sentirait capable d’entraver tout ça, il sentait monter en lui un désir pour la jeune femme qu’il avait peine à contrôler. Ses cheveux châtains qui tombaient sur ses épaules et chatouillaient sa nuque – qu’il ne voulait que couvrir de mille petits baisers délicats – la fossette qui se formait sur sa joue droite lorsqu’un sourire épanoui parcourait son visage. Son regard hypnotisant, mélange de verts et de bruns et de petites touches de couleurs plus vives et indescriptibles les unes que les autres… Tout son être la réclamait lorsqu’il était à ses côtés… Et s’il ne s’était agi que d’une attirance physique, Logan aurait pu aisément s’en défaire. Mais la personnalité d’Isabella était aussi intrigante et envoutante que son corps… Et plus le temps passait, plus il la désirait ardemment. Lorsqu’il plongeait son regard océan dans ses yeux forêts, plus rien n’avait d’importance. Un sentiment de vertige terriblement excitant. La sensation d’être au bord d’un précipice et de s’y jeter, tête la première. De trouver ça beau et dangereux à la fois. Beau mélange d’adrénaline et de douceur. C’était ça, en fin de compte. Isabella était dangereuse. Pour lui, pour ses principes, pour son cœur encore trop cassé de sa dernière histoire. Trop dangereuse parce que jamais elle ne sera sienne…

Et pourtant… même si elle avait beau répéter à tout va qu’elle avait un mari génial et une vie géniale… Il ne la connaissait déjà que trop bien et voyait bien, dans son regard ambré totalement envoutant, qu’elle dissimulait quelque chose. Un manque, peut-être. Ou même plusieurs. Depuis qu’il l’avait rencontrée, il se posait souvent les mêmes questions à son sujet : Comment une femme aussi belle et aussi talentueuse pouvait-elle se complaire dans une vie, certes agréable, mais démunie de toute aventure ? Comment, malgré son joli sourire, ses fossettes et son regard étincelant, est-ce qu’elle pouvait réellement prétendre être heureuse ? Pourquoi continuait-elle de prétendre que son mariage était harmonieux alors que tout son être, si on l’observait bien, prétendait le contraire ? Et parfois, dans ses interrogations, il se demandait s’il arrivait à la jeune femme de penser à lui. Et lorsque cette idée lui parcourait l’esprit, c’était tout son être qui en frissonnait. Tout d’abord parce que c’était plaisant, d’imaginer une attirance réciproque, bien que complètement loufoque d’après lui, mais ensuite parce que, si elle se posait également des questions à son sujet, ce n’était sans doute rien d’aussi romanesque. Elle était loin d’être idiote et se rendait certainement compte de toute cette part d’ombre et de mystère qui entourait continuellement le jeune homme. Pourtant, jamais elle n’insistait ou ne posait de question gênante, le forçant à en dire trop. Et c’était, d’après lui, une de ses plus belles qualités.

Alors qu’ils bavardaient là, comme deux vieux amis de longue date, alors qu’il l’observait en coin et souriait à ses paroles, il ne pouvait s’empêcher de songer à ce qu’il ferait si elle n’était pas mariée. S’il ne l’était pas non plus. Cela encombrait ses pensées comme un adolescent perdu et déstabilisé face à une jolie jeune fille. Elle compara ses prochaines semaines de vie avec la vie d’un vampire et il éclata de rire. Il fit la grimace pour montrer ses canines puis, dans un soupire, lâcha : « Mouais, tu n’as sans doute pas tord… »

Son regard plongeait dans celui de la jeune femme et ne parvenait plus à s’en détacher alors qu’elle donnait son appréciation par rapport au « planning » qu’il avait monté de toute pièce, quelques instants plus tôt. « Alors ça tombe bien. Finissons cet apéritif improvisé et allons manger quelque chose de bon.  » Il sourit. La perspective de cette soirée à venir lui réchauffait le cœur. Non, il n’entreprendrait rien, ne dirait rien de plus, ne ferait rien de plus non plus… Mais l’idée de passer une soirée entière aux côtés d’Isabella transformait cette journée déjà bien positive en une journée exceptionnelle. Elle rappela qu’elle était mariée et il lui sourit. Un petit, tout petit sourire, semblable à une grimace, qui trahissait sans doute son affection pour elle et ce terrible regret que jamais il ne se passerait rien. « Je ne l’ai pas oublié.  » Il réussit enfin à détourner le regard. Sa bière portée à ses lèvres, il réfléchissait. Que dire lorsqu’une femme repousse un homme aussi brutalement ? Car, si dans ses mots, seule la vérité était mentionnée, le cœur de Logan ne pouvait s’empêcher d’en souffrir. Il fallait qu’il coupe se silence. Qu’il le détruise tant bien que mal alors qu’il s’installait et qu’il devenait pesant. Que dire ? Il poussa un petit soupire, repris une gorgée de bière et son courage à deux mains et replongea ses yeux dans les siens. « Raconte-moi quelque chose.  » Un sourire plus franc que le précédent se dessina sur ses lèvres. « Quelque chose de bien, tiens ! » rajouta-t-il avant de se baisser pour attraper une nouvelle bière.

AVENGEDINCHAINS


HS :
Spoiler:
 

_________________
And I'll find
COMFORT IN MY PAIN
I beg you, don't be disappointed with the man I've become

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: ISABELLA - It's time to cheer   

Revenir en haut Aller en bas
 
ISABELLA - It's time to cheer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emission en prime-time lundi 31 nov avec Zermati sur M6
» VIH: long time survivors, ?
» Real-time Earth and Moon Phase
» RTS (Real Time Strategy)
» Doing Time, Doing Vipassana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BROKEN HILL :: north district :: Caserne de pompiers-
Sauter vers: